Sud Santé Sociaux 56
Solidaires Unitaires Démocratiques (SUD)

Site du syndicat Sud santé sociaux du centre hospitalier du Scorff (CHBS)de la ville de Lorient

Syndicat SUD Santé Sociaux du Morbihan

Syndicat SUD Santé Sociaux du Morbihan

Limitation de l’usage des masques

à l’hôpital et dans les EPHAD

Communiqué de presse

Lorient le 25 mars 2020

De la sueur, du sang et des larmes

Monsieur Olivier VERAN, Ministre des Solidarités et de la Santé, a publié hier de nouvelles recommandations d’utilisation soit disant raisonnée des masques de protection : dans ce cadre, les masques chirurgicaux sont mis à disposition des soignants exerçant au contact des cas possibles ou confirmés de patients Covid+, et non de tous les professionnels.

Cette décision met en danger non seulement l’ensemble des soignants mais également tous les patients et résidents dont ils s’occupent, ainsi que leurs proches.

Rapidement les soignants pourraient devenir les premiers vecteurs de transmissions du Covid 19 car ils seront les seuls à ne pas pouvoir respecter la distance d’un mètre sans pour autant avoir l’équipement minimal de protection adapté aux soins.

Par exemple lors d’une toilette il y a nécessairement une grande proximité qui dure suffisamment pour qu’une transmission du virus est lieu même en l’absence de toux ou d’éternuements.

N’oublions pas que les enfants des soignants sont gardés en collectivité, à l’école, la crèche ou chez les assistantes maternelles qui ne peuvent garantir un respect des gestes barrières entre les enfants : ce virus va continuer à circuler entre les familles de soignants et à tous leurs contacts.

La conséquence la plus grave de cette décision est le risque pour les soignants de transmettre le virus aux personnes âgées et fragiles dont il s’occupent :les soignants ne veulent pas être indirectement responsables du décès de ceux qu’ils soignent même si les responsables sont les gouvernements actuels et passés qui n’ont pas écouter les alertes des syndicats et du personnel hospitalier sur le manque de moyens, de lits, de personnels formés et mieux rémunérés.

Ensuite chacun peut facilement imaginé l’état de notre système de santé dans quelques semaines avec une multiplication des cas de patients âgés et fragiles qui nécessiteront des soins importants et la multiplication des personnels contaminés par ce virus comme on le voit actuellement dans les régions les plus touchées.

Il faut donc dès à présent :

  • Réquisitionner l’ensemble des masques en stock dans les entreprises et les administrations non vitales (eau, électricité, alimentation,etc) pour les donner à l’ensemble des personnels qui en ont besoin, à l’hôpital public, dans les EPHAD et toutes les structures médico-sociales ou sociales, ainsi qu’à tous ceux qui reçoivent des patients ou interviennent à leur domicile.
  • Interdire toute activité professionnelle non indispensable à la permanence des soins et au maintien en vie d’un maximum de personnes en France.
  • Transformer au plus vite nos moyens de productions vers la fabrication des équipements de protection individuelle et de respirateurs artificiels (pour nous et afin de se préparer dès à présent à la solidarité avec les autres pays).
  • Dépister le plus grand nombre de personnes possible afin d’améliorer l’efficacité du confinement.

Au GHBS en particulier les représentants au CHSCT de notre syndicat SUD Santé Sociaux ont exercé deux droits d’alertes :

  • pour danger grave et imminent, concernant le personnel du GHBS à qui il est demandé de travailler sans masque alors qu’ils sont en contact rapproché avec des patients
  • et pour risque grave d’atteinte à la santé publique, en raison des risques de contaminations et de saturations supplémentaires du système de santé à cause de cette restriction d’usage des masques.

Nous sommes en attente d’une réponse de la Direction Générale sur ces deux points. En cas de refus de redonner des masques aux soignants exposé lors des soins, un risque important est de voir un grand nombre de personnels hospitalier exercer un droit de retrait légitime afin de préserver leur santé, celle des patients ou résidents et celle de leurs proches.

Si nous sommes en guerre contre ce virus et qu’on nous promet de la sueur, du sang et des larmes, nous ne serons pas complices d’un discours gouvernemental appelant à continuer à travailler coûte que coûte, nous ne serons pas complices des milliers de morts qui pourraient être évités en prenant les mesures de confinement et de réquisitions nécessaires pour faire face à la pénurie de moyens de lits et de personnels hospitaliers , dans les ehpad et dans toutes les structures sanitaires, sociales et médico-sociales.

Aujourd’hui nous appelons l’ensemble de la population à faire circuler ce message de résistance aux directives mortifères de ce gouvernement concernant cette limitation d’usage des masques et à faire pression sur l’ensemble des décideurs privés et publics pour que des mesures d’arrêt des activités non indispensables et de réquisitions des stocks de protection individuelles et de moyens de productions soient réalisés au plus vite afin de sauver le plus grand nombre possible de vie.

Gwendal Rault

Secrétaire départemental

Au nom de tous les adhérents du Syndicat SUD Santé Sociaux du Morbihan

1/10 Lire la suite ...
Valérie, Aïcha et Jean du CHU et les Elections Fonction Publique 2018

2/10 Lire la suite ...
Mathilde, 12 ans et l’Aide Sociale à l’Enfance aléatoire - Elections Fonction Publique 2018

3/10 Lire la suite ...
Sylvie, Agent des Services Hospitaliers, est externalisée - Elections Fonction Publique 2018

4/10 Lire la suite ...
Simon, Biologiste et les Partenariats Public Privé - Elections Fonction Publique 2018

5/10 Lire la suite ...
Odile et l’EHPAD qui rationne les couches - Elections Fonction Publique 2018

6/10 Lire la suite ...
Le service de soin des Temps Modernes - Elections Fonction Publique 2018

7/10 Lire la suite ...
Il était une fois dans le SUD...

8/10 Lire la suite ...
Léa, Infirmière débutante, se questionne - Elections Fonction Publique 2018

9/10 Lire la suite ...
Caroline, Adjointe Administrative, a le seum - Elections Fonction Publique 2018

10/10 Lire la suite ...
Panem et Circenses, Du Pain et des Jeux - Elections Fonction Publique 2018

par yc
Article mis en ligne le 25 mars 2020
Rubrique : Vie du CHBS

Syndicat SUD Santé Sociaux du Morbihan

Limitation de l’usage des masques

à l’hôpital et dans les EPHAD

Communiqué de presse

Lorient le 25 mars 2020


Il manque des masques FFP2 et des masques chirurgicaux, non seulement pour tous les personnels hospitaliers...
par yc
Article mis en ligne le 24 mars 2020
Rubrique : Vie du CHBS

Pour lire le tract en PDF

http://www.sudsantesociaux.org/IMG/pdf/20200324_tract_ministre.pdf

Mise à jour le 24 mars à 19h [->http://sudsante-chbs-lorient....]

Le 24 mars 2020

Nous avons répondu aux sauveurs de l’hôpital public que la caisse de solidarité existe depuis longtemps, c’est la (...)


par yc
Article mis en ligne le 24 mars 2020
dernière modification le 25 mars 2020
Rubrique : Vie du CHBS

Limitation de l’usage des masques à l’hôpital !

Syndicat SUD Santé Sociaux

mar. 24/03/2020 13:38

Pendant que le gouvernement incite la population à retourner travailler il demande aux soignants et personnels hospitaliers d’aller travailler sans masque !

Seuls ceux confrontés à des cas possibles avec (...)


par yc
Article mis en ligne le 21 mars 2020
Rubrique : Vie du CHBS

C o m m u n i q u é d e P r e s s e

Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes et Branche d’Aide à Domicile en sous France

La situation dans les établissements accueillant des Personnes Agées et dans la Branche d’Aide à Domicile est critique depuis des années et est dénoncée (...)


par yc
Article mis en ligne le 21 mars 2020
Rubrique : Vie du CHBS

C o m m u n i q u é d e P r e s s e

« Légiférer » par ordonnance et encore une fois dans la précipitation

Le gouvernement va voter ce jour, une fois de plus dans la précipitation le projet de loi de finances rectificatif pour l’année 2020, soit 15,4 Milliards d’€ de plus que dans la loi de finances (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45














vu sur le Web

Macron découvre l’état providence

JPEG - 112.7 ko

F é d é rr a tt iio n SUD S a n tt é S o c ii a u x
Fédération SUD Santé-Sociaux – 70 rue Philippe de Girard – 75 018 PARIS
Téléphone : 01 40 33 85 00 – FAX : 01 43 49 28 67 – Email : contact sudsantesociaux.org
C o m m u n i q u é d e P r e s s e
Macron découvre l’Etat providence
La crise liée au COVID-19 a au moins le mérite de faire découvrir au Président de la République que l’Etat doit mettre les moyens s’il veut remédier à la situation.
Dans son discours du 12 mars, il a loué les mérites des personnels de santé. Il semble découvrir ce que nous lui répétons depuis des années, et ce avant même les mouvements de grèves dans les hôpitaux qui durent depuis plus d’un an.
Les logiques capitalistes de destruction de la santé publique ont conduit à de nombreuses fermetures de lits. Ce sont ces lits qui font défaut aujourd’hui face à la pandémie.
Ces même logiques ont conduit à la suppression de personnel : ce sont eux et elles qui manquent au-jourd’hui face à la pandémie.
La destruction du système de santé publique italien conduit les équipes soignantes à devoir faire des choix entre les personnes qui seront sauvées et celles qui ne le seront pas. Ces situations insoutenables pour les hospitaliers et hospitalières que nous sommes risquent de se produire en France et ont pour responsables les gouvernements successifs qui se sont attaqués à l’Hôpital Public.
Au-delà de la situation sanitaire, il faut aussi regarder la situation sociale de notre pays.
Emmanuel Macron annonce que la trêve hivernale est prolongée de 2 mois supplémentaires. Mais la dé-gradation structurelle des lieux d’hébergement d’Urgences et l’accroissement du nombre de personnes accueillies font craindre une explosion des contaminations de personnes en situation de grande détresse sociale. Et quid des établissements du médico-social ?
Reconnaître le travail des personnels des secteurs sanitaires, médico-sociaux, c’est augmenter leur sa-laire et leur permettre de travailler dans de bonnes conditions.
La Fédération SUD Santé Sociaux dénonce la vision d’austérité budgétaire de nos responsables qui a con-duit notre modèle sanitaire et social dans une urgence quotidienne.
La Fédération SUD santé sociaux réclame des moyens pour tous les établissements des secteurs sanitaire, médico-social et social.
La Fédération SUD Santé Sociaux revendique l’inconditionnalité et la permanence des accueils. Si la lutte contre le COVID-19 est une priorité, personne ne doit rester sur la touche !
En première ligne avec nos collègues dans les services de soins, nous sommes déterminé-e-s à faire face à la pandémie et à reconstruire un système de santé au service de la population et non des intérêts bour-siers.
Paris le 13 mars 2020
Fédération SUD Santé Sociaux : 01 40 33 85 00

Note de service GHBS

JPEG - 89.7 ko

Sites favoris

Evènements

Pas d'évènements à venir

« pression permanente » et une « course à la rentabilité »

Statistiques du site

  • Ce site compte : 34 rubriques 589 articles 47 mots-clés 4 sites référencés

Photos de la manifestation du 23 09 2014

2020-03-20 communiqué de presse Fédéral en réponse à Darmanin

C o m m u n i q u é d e P r e s s e

JPEG - 101.9 ko

COVID-19 : NOTRE MEILLEURE PRIME EST L’AUGMENTATION GÉNÉRALE DES SALAIRES DES SALARIE-ES DE LA SANTE, DU SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL !
“Aujourd’hui la meilleure prime qu’on peut donner aux soignants, c’est de respecter les gestes sani-taires” dixit notre Ministre du budget Monsieur Darmanin
Des milliards pour les entreprises, rien pour l’hôpital ! Le gouvernement parle juste de payer les heures supplémentaires ! Ça suffit !
Alors que les personnels hospitaliers sont sur le terrain et risquent à tout moment d’être contaminés par le COVID 19, le même Darmanin ne veut pas supprimer le jour de carences pour les fonctionnaires de la FPH et pour ceux des 2 autres versants de la Fonction Publique, qui sont eux et elles aussi soumis au risque de contamination dans l’exercice de leur profession. Ou comment faire de économies sur des tra-vailleurs et travailleuses présenté-es comme des héros dans cette crise. De la parole aux gestes, il y a un gouffre !
Ce n’est pas de prime qu’il faudrait aux soignant-es, ils et elles font leur travail. Par contre un salaire dé-cent est le minimum ! Car au niveau des salaires des personnels de santé, la France est classée 28ème sur les 32 pays de l’OCDE.
Depuis plus plusieurs années la Fédération SUD Santé Sociaux se bat pour une augmentation générale de 400 euros par mois pour toutes les personnes exerçant dans le secteur sanitaire, social et médico-social !
Elle dénonce la marchandisation de la santé et du social qui a entraîné des milliers de fermetures de lits, des milliers de suppression de poste, et dont les réorganisations successive ont fait perdre des compé-tences essentielles à l’exercice de ces métiers !
Aujourd’hui plus que jamais, la Fédération SUD Santé Sociaux rappelle à Monsieur Darmanin qu’elle re-vendique :
• Une augmentation générale des salaires de 400 euros de tou-te-s les salarié-e-s du secteur sanitaire, social et médico-social !
• L’arrêt des fermetures de lits d’hospitalisations et la ré-ouvertures des milliers qui ont été fermés par les politiques d’austérité imposées depuis des années par les gouvernements suc-cessifs
• Une embauche massive de personnel et salarié-es qualifié-es dans ces secteurs
• Du matériel de qualité et en quantité pour exercer leur métiers dans de bonnes conditions auprès de l’ensemble de la population !
Paris le 20 mars 2020



pucePlan du site puceContact puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2010-2020 © Sud Santé Sociaux 56 - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.90
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2