Sud Santé Sociaux 56
Solidaires Unitaires Démocratiques (SUD)

Site du syndicat Sud santé sociaux du centre hospitalier du Scorff (CHBS)de la ville de Lorient

Centre hospitalier de Lorient. 521 personnes en grève
Article mis en ligne le 26 juin 2015
dernière modification le 5 août 2015

par yc
logo imprimer
Enregistrer au format PDF


lettre ouverte à marisol Touraine par yc


Hôpital. 500 manifestants dans la rue
http://www.dailymotion.com/video/x2vdujc_defense-des-salaires-et-de-l-emploi-500-manifestants-a-lorient_news


Défense des salaires et de l’emploi... par Letelegramme

Agents hospitaliers et travailleurs sociaux étaient mobilisés, hier, à Lorient.
Près de 500 personnes ont manifesté dans les rues de la ville pour défendre leurs conditions de travail, leurs salaires et leurs qualifications.

Ils ont déposé, en sous-préfecture, une lettre ouverte à Marisol Touraine, leur ministre de tutelle.
Tous les jeudis, depuis le début du mois, les agents et personnels soignants du CHBS débrayent à l’heure du déjeuner le temps d’un pique-nique revendicatif. Hier, c’était le point d’orgue de leur mobilisation : le personnel soignant de Kerbernès, du Scorff et de Kerlivio est descendu dans la rue pour faire entendre sa colère.

Les salariés s’opposent à la suppression de trois jours de RTT « en échange » de six minutes de travail en moins par jour.

Le compte n’y est pas pour les syndicats.
« Nous aussi, nous manions la calculette », explique Marc Klanec, secrétaire départemental de Sud santé sociaux : « le temps d’habillage moyen quotidien par agent est de deux fois six minutes ; le temps de repas que nous pouvons prendre est de 24 à 30 minutes par jour ; le dépassement horaire moyen quotidien est de 20 à 30 minutes pour une infirmière ou une aide-soignante... Mis bout à bout, cela fait 66 minutes par journée pleine ; sur un an cela équivaut à 33 jours. Multipliez par le nombre d’agents et voilà la facture réelle pour notre travail et les embauches indispensables qu’il faut désormais prévoir ».

Les travailleurs sociaux mobilisés Dans le cadre de cette journée nationale de mobilisation dans le secteur de la santé, les personnels soignants du CHBS ont été rejoints par leurs collègues de l’hôpital de Port-Louis et de l’établissement spécialisé de Charcot, inquiets de « la dégradation de leurs conditions de travail » et « ses conséquences sur la prise en charge des patients et leur vie privée ». Ils s’en sont émus dans une lettre ouverte au Président de la République, auquel ils demandent audience. Aux côtés des agents et personnels soignants, défilaient aussi les travailleurs sociaux du privé, du public et associatif. « Nos métiers sont menacés par la refonte prévue de notre formation », expliquait cette assistante sociale. « De quatorze diplômes, nous allons passer à quatre spécialisations, avec beaucoup moins de stages ». L’objectif selon elle : « rationaliser ! Mais on va devenir interchangeables et être moins payés, au détriment des personnes que nous accompagnons ».

© Le Télégramme - Plus d’information sur https://www.letelegramme.fr/morbihan/lorient/hopital-500-manifestants-dans-la-rue-26-06-2015-10682273.php


BMP - 675.1 ko

Dans le cadre d’une journée de revendication notamment salariale, quelque 500 employés des établissements sanitaires du pays de Lorient manifestent ce jeudi matin.

Le cortège, fort selon les manifestants de quelque 500 personnes, a quitté le Centre hospitalier de Bretagne Sud ce jeudi matin.

Il réunit des employés du CHBS, mais aussi de l’établissement de santé mentale Charcot à Caudan, de l’hôpital de Port-Louis et de Riantec, de la Sauvegarde 56...

Pique-nique à l’hôpital

Le parcours conduit les manifestants d’abord à la sous-préfecture de Lorient puis devant l’Hôtel de ville, avant de revenir vers l’hôpital pour participer, ce midi, à un pique-nique revendicatif.

Leurs revendications sont liées aux conditions de travail et aux restrictions budgétaires.
Ouest France du 25 06 2015


BMP - 707.2 ko

Dans le cadre de la journée nationale de mobilisation contre l’austérité dans le domaine de la santé, les agents des établissements hospitaliers ont manifesté, hier, en Bretagne, à Vannes, Lorient, Morlaix et Saint-Brieuc.

À Lorient, près de 500 personnes ont manifesté dans les rues de la ville dans le cadre de cette journée nationale de mobilisation dans le secteur de la santé. Les personnels soignants du CHBS ont été rejoints par leurs collègues de l’hôpital de Port-Louis et de l’établissement spécialisé de Charcot, inquiets de « la dégradation de leurs conditions de travail » et « ses conséquences sur la prise en charge des patients et leur vie privée ».
Aux côtés des agents et personnels soignants, défilaient les travailleurs sociaux du privé, du public et associatif. Le cortège a aussi été rejoint par des salariés de DCNS. Plus tôt dans la matinée, à Lanester, ce sont les salariées de l’usine Chantelle - menacée de fermeture - qui avaient débrayé. À leurs côtés, des salariés du chantier naval STX - touché par un plan social - et de Fonderie de Bretagne. Au total, ils étaient 250 à manifester entre Lanester et Caudan.
À Vannes, environ 80 personnes - des représentants syndicaux de la CGT du Centre hospitalier Bretagne Atlantique, de l’EPSM de Saint-Avé et de l’hôpital de Port-Louis - ont traversé le centre-ville entre 8 h et 9 h pour manifester devant l’Institut de formation en soins infirmiers à Tohannic.
« Le soin abandonné au profit de la finance » Dans le viseur des manifestants : la loi santé, portée par la ministre Marisol Touraine.
« Marre d’un hôpital qui, comme une entreprise, doit être rentable, et où le soin est abandonné au profit de la finance », a redit l’intersyndicale.
« Nos métiers sont menacés par la refonte prévue de notre formation », explique une assistante sociale.

700 manifestants à Morlaix À Morlaix, 700 personnes ont convergé dans le centre-ville, hier matin. Hormis les personnels non médicaux de l’hôpital de Morlaix, on comptait également des personnels de la clinique de Kerléna à Roscoff ou de la fondation Ildys, du CHIC Laennec Quimper-Douarnenez, de l’EPSM (psychiatrie) de Quimper, du CHU de Brest (dont des Carhaisiens), ou encore des services de sauvegarde de l’enfance du Finistère.

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/morbihan/sante-et-social-1-500-manifestants-en-bretagne-26-06-2015-10681443.php



Lettre ouverte à Madame Marisol TOURAINE Ministre des Affaires sociales et de la Santé
Les patients

Lorient, le 25 juin 2015

Madame Marisol TOURAINE

Ministre des Affaires sociales et

de la Santé

Lettre ouverte

Objet : Les patients.

Madame la Ministre,

Aujourd’hui les patients sont dans la rue, nous avons bien dit patients car nous le sommes également, l’avons été ou le serons.

Des patients certes un peu particuliers, qui ne connaissent que trop bien l’envers du décor, celui du soin en service hospitalier.

Depuis deux ans, à travers diverses mesures, jouant des tarifs ou des enveloppes dédiées aux missions d’intérêt général, vous mettez à mal les budgets hospitaliers et compromettez ainsi chaque fois un peu plus la prise en charge des patients que nous avons en mission de soigner.

Nous regardons, dans un cynique jeu de bonneteau, les Directeurs hospitaliers, nous « restituer » contre RTT une poignée de minutes en réduction quotidienne de travail, quand il ne s’agit pas de les glisser dans un temps de repas que nous ne pouvons déjà prendre autrement que sur le pouce, tout en restant prêts à répondre à une sonnette.

Si notre perplexité, dans un premier temps fut grande, notre colère qui lui succède ne l’est pas moins.

Par ce sinistre calcul, vous escomptez faire l’économie de plusieurs dizaines d’agents par hôpital, plusieurs milliers sur le plan national, mais contre cette froideur mathématique soyez assurée que, nous aussi, nous manierons la calculette :

temps d’habillage moyen en donnée quotidienne par agent 2 x 6 mn,

temps de repas que nous ne pouvons prendre 24 mn à 30 mn selon les établissements,

dépassement horaire moyen, toujours en donnée quotidienne 20 mn à 30mn pour une infirmière ou une Aide-Soignante qui travaille en service de soins.

 Mis bout à bout 66 mn, rapportées en journées pleines sur un an, équivaut à, 33 jours. Multipliez par le nombre d’agents et voilà la facture réelle pour notre travail et les embauches indispensables qu’il vous faut désormais prévoir.

Actuellement, une infirmière contractuelle, après suppression de deux primes d’un montant de 90€ et 38€ est rémunérée, pour travailler à l’hôpital, 1410 € net pendant 6 ans, pour cette somme, au regard des responsabilités et de la charge de travail qui est la sienne, vous conviendrez que l’argent ne peut être la motivation.

Nous sommes dans la rue pour défendre des conditions de travail mais surtout une conception et une éthique du soin.

Nous refusons d’apparaître comme les complices d’une politique mortifère.

Quand d’autres se gargarisent d’une croissance retrouvée et entonnent des alléluias, nous savons, nous, que le patient atteint d’Alzheimer n’en verra rien. Les cancers sont en augmentation régulière sur toutes les tranches d’âge mais qu’importe, rien n’est prévu. Le vieillissement de la population exige plus de soins pour des patients souvent polypathologiques et de plus en plus nombreux. Nous gageons qu’eux aussi ne verront rien de ce 1,2% de croissance, c’est à dire de richesse supplémentaire.

Nous sommes les héritiers d’une utopie qui, à la Libération, a mis en place la Sécurité Sociale, l’Assurance chômage et la retraite pour empêcher que vieux, malades ou chômeurs, personne ne sombre dans la misère. C’est ce système de protection que vous mettez à mal et que nous défendons.

Le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) sera cette année encore l’occasion de nous faire entendre et encore plus nombreux, accompagnés cette fois d’autres patients, présents et à venir, car nos revendications sont celles de tous, jeunes et vieux, travailleurs et chômeurs ou tout simplement parce que nous avons un proche concerné, de par son état de santé.

La santé publique, l’hôpital ne seront pas sacrifiés au service du remboursement de la dette.

Recevez, Madame la Ministre, nos respectueuses salutations que nous nous engageons à renouveler sous les fenêtres de votre Ministère à la rentrée.

Marc KLANEC / Un patient

Secrétaire départemental du

Syndicat SUD Santé Sociaux

du Morbihan


Forum
Répondre à cet article

Dans la même rubrique

0 | 5

Retour du CTE du 6 février 2019
le 14 février 2019
par yc
Pétition
le 14 février 2019
par yc
EHPAD/USLD :des effectifs supplémentaires
le 31 janvier 2019
par yc
Asemblée générale
le 16 janvier 2019
par yc
Voeux de la direction du GHBS
le 11 janvier 2019
par yc

Evènements

Pas d'évènements à venir


pucePlan du site puceContact puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2010-2019 © Sud Santé Sociaux 56 - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2