Sud Santé Sociaux 56
Solidaires Unitaires Démocratiques (SUD)

Site du syndicat Sud santé sociaux du centre hospitalier du Scorff (CHBS)de la ville de Lorient

Pour un patient, un représentant ça compte
Article mis en ligne le 28 novembre 2015
dernière modification le 31 décembre 2015

par yc
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Les représentants des usagers figurent dans plusieurs instances de l’hôpital. Prise en charge, relations patients-médecins... Leur implication est multiple.

BMP - 675.1 ko

« Souvent, les patients découvrent qu’il existe des représentants lorsqu’ils sont directement impactés par la maladie », constate Christiane Tremeaud. Engagée au sein de la Ligue contre le cancer et Ysaé, elle est l’une des quatre représentantes des usagers du Centre hospitalier de Bretagne-Sud (CHBS).

Commission des relations avec les usagers et la qualité de la prise en charge, conseil de surveillance, comité de rédaction du magazine Vague, comité d’éthique, conférence du territoire de santé... Les représentants des usagers interviennent dans plusieurs instances du CHBS et même au-delà. « Le projet de loi de santé, d’ailleurs, devrait formaliser notre mandat. Notamment en terme de formation », indique Christiane Tremeaud.

Pour sa part, la direction du CHBS n’a pas attendu la future loi pour associer les représentants des patients au projet d’établissement, actuellement en cours de finalisation.

« Tous les courriers adressés à la direction de l’hôpital par les usagers ont une réponse, expliquent Marie-Noëlle Maréchal, autre représentante au titre de l’association Jalmav (Jusqu’à la mort accompagner la vie), et Christiane Tremeaud. Ce qui est normal, car le service qualité a un lien avec la certification. Si on est sollicités régulièrement sur la fréquentation (et l’attente) aux urgences, le plus gros des plaintes concerne les relations avec les médecins... Nous, on est entre les deux en quelque sorte. On doit à la fois comprendre les professionnels et défendre les usagers. »

Vers un parking à carte ?

Le Dr Armelle Levron, médecin chef du pôle E (service pharmacie), le reconnaît : « C’est vrai que l’on reçoit pas mal de remarques. Qui ne portent pas tant sur une remise en cause de la prise en charge que sur la manière dont on communique. »

Les représentants des usagers sont loin de n’avoir qu’un rôle consultatif. Ils sont ainsi intervenus pour la création d’un arrêt de bus plus près de l’hôpital. « Un parcours au sein de l’hôpital avec une personne handicapée a permis aussi de mettre en évidence quelques insuffisances, souligne Marie-Noëlle Maréchal. Un exemple ? Dans le hall d’accueil, un malvoyant ne sait pas vers où se diriger. Dans ce cas de figure, il a été convenu qu’un agent chargé de l’accueil accompagnerait la personne concernée. »

Le stationnement sur le parking de l’hôpital du Scorff constitue un autre souci. « Ça devient ingérable, tempête Christiane Tremeaud. Les gens se garent n’importe où. Pendant l’Interceltique, je ne vous en parle même pas... Un système à cartes devrait voir le jour, pour ceux qui viennent en consultation au Scorff ainsi que pour les visiteurs. »

Le bureau des représentants des usagers se trouve dans le bâtiment Onc’Oriant, 1, rue Rampe de l’hôpital. Tél. 02 97 06 74 36.


Forum
Répondre à cet article

Evènements

Pas d'évènements à venir


pucePlan du site puceContact puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2010-2019 © Sud Santé Sociaux 56 - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2