Sud Santé Sociaux 56
Solidaires Unitaires Démocratiques (SUD)

Site du syndicat Sud santé sociaux du centre hospitalier du Scorff (CHBS)de la ville de Lorient

Lorient,la manifestation du 26 01 2016
Article mis en ligne le 26 janvier 2016
dernière modification le 23 février 2016

par yc
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Grève. La fonction publique mobilisée ce mardi


Grève du service public : 700 manifestants à Lorient

BMP - 438.6 ko

Ouest France le 26 01 2016
Quelque 5,6 millions d’agents de la fonction publique sont appelés à faire grève demain. Ils manifesteront notamment en faveur d’une hausse de leur pouvoir d’achat.

À l’appel des syndicats CGT, FO et Solidaires, un important mouvement de grève nationale de la fonction publique se tiendra demain, mardi 26 janvier. Sud Santé Sociaux,CGT, FO et Solidaires, majoritaires aux élections professionnelles chez les syndicats représentatifs (48,55 % des voix), n’ont pas signé l’accord sur la rémunération et la carrière des fonctionnaires (PPCR) que le gouvernement a décidé, en septembre, de mettre en œuvre.
Les fonctionnaires auraient perdu « 8 % de leur pouvoir d’achat »

Demain, ils entendent ainsi dénoncer le gel, depuis juillet 2010, du point d’indice servant à calculer le salaire de base des fonctionnaires qui auraient perdu, « compte tenu de l’inflation, 8 % de leur pouvoir d’achat », selon FO.
Ouest France le 26 01 2016
Les enseignants et personnels de la fonction publique manifestent à Lorient (Morbihan). Les premiers contre la réforme du collège. Les seconds pour les salaires et l’emploi.

Environ 250 enseignants manifestent contre la réforme du collège, dans les rues à Lorient, ce mardi matin. Parti du CIO, à 10 h, le cortège a prévu de passer par le collège provisoire Brizeux, le lycée Dupuy-de-Lôme, le boulevard Léon Blum…
Revendications sur les salaires et l’emploi.
Après 11 h, les enseignants ont rejoint, boulevard Cosmao-Dumanoir, leurs collègues de la fonction publique, qui, eux, manifestent à l’appel national de l’intersyndicale fonction publique (Sud Santé Sociaux,CGT, CGT-FO, Solidaires et FSU44). Ces derniers sont en grève avec des revendications sur les salaires et l’emploi.

Au total, ce sont environ 700 personnes qui manifestent dans les rues de Lorient, ce mardi, jusqu’à 13 h, avant de se disperser.

https://www.flickr.com/gp/138739720@N07/Q9XzX4

BMP - 2.3 Mo
BMP - 2.3 Mo
BMP - 2.3 Mo

Ils étaient 700 enseignants et agents de la fonction publique, hier, à faire entendre leurs voix. Réforme du collège, gel des salaires, autant de sujets sensibles qui n’ont pas attiré la foule.

10 h 10. Philippe Leaustic chauffe la sono. Le secrétaire départemental adjoint du Snes (Syndicat national des enseignants du second degré) encourage les 250 enseignants à s’emparer de la rue. Une quatrième fois, pour lever la voix contre la réforme du collège, devant entrer en application à la rentrée prochaine. « Confuse », « imposée sans concertation », les reproches sont légion. La parole syndicale anche : « Cette réforme se fera à moyens constants. Elle doit s’auto-alimenter à coups de diminution d’horaires et d’options ou de bourrage de classe dans le Morbihan. » Il sort la calculette : « Ce sont une trentaine de classes qui seront fermées dans les collèges, dont la moitié en sixième, pour seulement une soixantaine d’élèves en moins dans le département ».

10 h 30. Ici et là, dans le cortège, ça cause. On comprend les inquiétudes de Lionel Fondeville, professeur d’arts plastiques au collège de Kerentrech. « On nous demande de réaliser des projets interdisciplinaires, mais à quel moment pouvons-nous avoir un temps de concertation avec les collègues ? Réaliser des projets en plus ne me pose pas de problème, je le fais déjà. Mais là, c’est sur nos horaires de cours : j’ai un programme à tenir moi ! » Réformer, oui, mais pas n’importe comment. C’est ce que dit aussi cette professeure d’anglais au collège Henri-Wallon à Lanester : « C’est la première fois qu’on nous demande d’appliquer une réforme sur quatre niveaux en même temps, de la 6e à la 3e ! »

10 h 45. On a l’habitude de croiser des retraités solidaires dans les manif’. Marc et Jules, eux, sont étudiants en licence 3 parcours d’enseignement, à la fac de sciences. Ils veulent épouser le métier. L’année prochaine sera charnière pour leur avenir professionnel. « Je me sens obligé de venir, dit Marc. De la solidarité pure et dure : « Individuellement, on n’est rien, ensemble on ne peut faire que du bien pour l’avenir scolaire des enfants. »

11 h 15. Les enseignants rejoignent les agents de la fonction publique, massés autour de la maison des syndicats, boulevard Cosmao-Dumanoir. Ici, les drapeaux sont bigarrés. Arsenal, hôpital, Agglo, 350 personnes venues dénoncer un point d’indice qui n’en finit pas de stagner depuis 2010. Mais pas seulement.

11 h 30. On entame le cours Chazelles. Pierre Loisel, aide-soignant au centre hospitalier, responsable syndical à Sud Santé est là « par la faute d’un objectif national des dépenses d’assurance maladie ». Un objectif qui n’est pas à la hauteur : « On continue à faire plus avec moins. » Diminution des RTT, augmentation de la durée d’avancement d’échelon, non-remplacement : « C’est un mauvais calcul de tirer sur les fonctionnaires. »

Armelle Mabon, enseignante chercheuse à l’UBS approuve : « Je suis maître de conférence statutaire, je n’ai pas à me plaindre. Je viens en solidarité pour les catégories A, B et C, dont les salaires sont figés. Certains ne sont pas là car la perte est trop importante. » Jean, fonctionnaire territorial de catégorie C à Lanester, sait ce que le gel de l’indice représente : 200 € de « perte massive de salaire » par mois.
Ouest France Lorient - Modifié le 29/01/2016 à 04:00 | Publié le 27/01/2016 à 03:30

BMP - 2.3 Mo
BMP - 2.3 Mo
BMP - 2.3 Mo
BMP - 2.3 Mo
BMP - 2.3 Mo
BMP - 2.3 Mo
BMP - 2.3 Mo

Pouvoir d’achat, hausses salariales, conditions de travail, réforme du collège étaient au coeur de la manifestation organisée hier, à Lorient, comme un peu partout en France, et qui a vu défiler 700 agents de la Fonction publique et de l’Éducation nationale. « Non à la réforme, carton rouge au ministère... ». le ton était donné hier matin à l’occasion de la manifestation lancée à l’appel de Sud Santé Sociaux,CGT des services publics, FO, Sud-solidaires et FSU. Enseignants, personnel hospitalier, agents de la Fonction publique d’État et des collectivités territoriales étaient réunis au sein d’une même manifestation pour dire stop à l’austérité et à la désorganisation des services publics. Des enseignants vent debout contre la réforme du collège initiée par la ministre Najat Vallaud-Belkacem et qui avaient démarré leur cortège devant le CIO, dès 10 h, pour venir rejoindre leurs collègues de la Fonction publique devant la maison des syndicats, boulevard Cosmao-Dumanoir. Passage en force de la réforme Parmi ces enseignants, un tout jeune professeur de SVT et physique chimie du collège Diwan de Vannes et qui, habitant Lorient, s’est joint à la manifestation. Pour lui, « dans la réforme des collèges, il y a de bonnes idées comme aider les élèves en décrochage scolaire ». Ce qu’il dénonce ici, c’est « la façon dont le gouvernement veut changer notre façon de travailler ». Il s’insurge aussi contre « un passage en force de la réforme, sans réel dialogue ». Même son de cloche chez son collègue du collège Jean-Lurçat de Lanester. Également professeur de physique chimie il craint que la réforme ne crée « une véritable usine à gaz ». « On nous parle d’aide personnalisée et pour ma part à la rentrée prochaine j’aurai quatorze classes au lieu de onze actuellement et on remet une heure de physiques en 6e par semaine et on enlève une heure en 3e sachant que c’est une nouvelle épreuve du brevet des collèges... ». Autant dire que pour sa part, il se montre particulièrement inquiet. Point gelé depuis 2010 Lucie, adjointe technique est venue de Baud pour réclamer une revalorisation du point indiciaire qui sert de base au calcul des salaires de la Fonction publique. À 43 ans, elle touche 1.500 € par mois (primes comprises), elle relève que son salaire est inchangé depuis 2010 ce à quoi s’ajoute la baisse de la dotation de fonctionnement aux collectivités territoriales. Avec elle, Ludovic également agent territorial, à Baud, dénonce en plus, « la réorganisation du service public » et s’inquiète pour « le rendu du travail... ». Dans le cortège aussi, Jean-Claude, l’ancien pompier professionnel lorientais, Yvette ancien agent du collège Colbert et Michel, ancien proviseur de lycée qui ne manquent aucune manifestation « pour soutenir ceux qui se battent pour un meilleur pouvoir d’achat ! ».

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/morbihan/lorient/fonction-publique-700-personnes-manifestent-dans-les-rues-27-01-2016-10935809.php#closePopUp

BMP - 2.3 Mo
BMP - 2.3 Mo
BMP - 601.2 ko

Journée de grève, demain 25 janvier 2016 Patrick Le Bellour et Joël Le Meur appellent à manifester, demain, à Lorient. Patrick Le Bellour et Joël Le Meur appellent à manifester, demain, à Lorient. Les deux syndicats CGT et Sud Solidaires de la Ville de Lanester ont appelé l’ensemble des agents, titulaires ou vacataires, à se mobiliser, demain, pour la journée d’action organisée dans les trois branches de fonction publique. « Nous dénonçons les politiques de rigueur mises en place, et surtout, nous réclamons la revalorisation du point d’indice qui constitue le salaire du fonctionnaire », explique Joël Le Meur, de Sud Solidaires. Ce point d’indice est gelé depuis 2010. « Cela correspond à une perte de revenu de 75 € par mois pour un agent de catégorie C, 110 € pour un agent de catégorie B et de 160 € par mois pour un agent de catégorie A. On est sceptique sur ce que le ministre va proposer avec la baisse des dotations. Proposer 0,1 %, soit 3 € par mois, serait d’un ridicule total », souligne Patrick Le Bellour de la CGT. Les deux syndiqués appellent aussi à dénoncer « le choix politique de répression syndicale envers les délégués syndicaux de Goodyear ». De nombreuses perturbations sont prévues dans les services publics, en particulier dans les écoles. Le point de rendez-vous est prévu à 11 h, à Cosmao-Dumanoir, à Lorient, avec défilé vers le centre-ville. Le village syndical sera installé place Aristide-Briand, à Lorient.

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/morbihan/lanester/fonction-publique-journee-de-greve-demain-25-01-2016-10932772.php


Forum
Répondre à cet article

Evènements

Pas d'évènements à venir


pucePlan du site puceContact puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2010-2019 © Sud Santé Sociaux 56 - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.90
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2