Sud Santé Sociaux 56
Solidaires Unitaires Démocratiques (SUD)

Site du syndicat Sud santé sociaux du centre hospitalier du Scorff (CHBS)de la ville de Lorient

Rencontre ARS du 08 11 2016
Touche pas à ma Prime / Fusion /Fermeture de lits /Réduction de personnel
fusion ,fermeture de Lits,

Ce mardi 8 novembre, ce sont plusieurs centaines de personnes, syndiquées et non syndiquées,
étudiants infirmiers venus des différents départements bretons qui se sont rassemblées à 9h30
place de la mairie à Rennes.

Article mis en ligne le 10 novembre 2016
dernière modification le 27 décembre 2016

par yc
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Le syndicat SUD Santé-Sociaux avait également demandé à être reçu en délégation régionale par
l’ARS Bretagne.

BMP - 90.3 ko

Rencontre avec l’ARS du 8 novembre 2016

3 membres du bureau Sud Lorient (Marc, Christian et Virginie) et 1 de Sud Charcot (Fred) ont été reçu par L’ARS à midi après la manifestation.
Sujets abordés : la fusion, les fermetures de lits, les réductions d’effectifs,…

Fusion : trop de disparité entre les différents établissements par rapport à la prime, aux mises en stage (pour les as entre autre)

Nous avons réaffirmé notre attachement au principe égalitaire de la répartition de la prime … si le nivellement se faisait par le bas le CHBS serait le grand perdant. Sud s’oppose catégoriquement à une fusion non nécessaire pour le GHT. Nous avons mis en garde l’ARS sur les conséquences et le risque de mettre le feu aux poudres… car on ne lâche rien…

BMP - 792.2 ko

FERMETURE DE LITS : nous avons affirmé notre opposition à toute fermeture de lits. Démontrant le danger pour la prise en charge correct des patients ; les urgences débordent régulièrement faute de lits disponibles sur l’hôpital, les gens restent des heures sur des brancards voir des chaises en attendant de pouvoir être pris en charge…

Nous avons également dénoncé les conditions de prise en charge déplorable dans certains hôpitaux de proximité (plus éloigné des grands centres) : 1 infirmière pour 27 patients dont certains non stabilisés et en attente d’un lit sur les hôpitaux principaux (Vannes, Lorient) pas de réa ni de service adapté en cas de complication pour ces patients…IL ne faut surtout pas fermer des lits supplémentaires ni réduire le personnel

Réduction de personnel : Sud s’oppose à toute suppression d’effectif.

Le pool de remplacement est réduit à peau de chagrin. Le personnel s’auto remplace en revenant sur les jours de repos, les heures supplémentaires flambent (+ de 500 h entre l’onco hemato), les professionnels sont épuisés, en souffrance, à bout, allant jusqu’au suicide… les agents perdent les valeurs pour lesquels ils ont choisi leur métier ainsi que leurs motivations à causes des conditions de travail de plus en plus déplorables et le manque de reconnaissance… la perte des RTT n’a fait qu’empirer ce sentiment et contribué à l’épuisement du personnel engendrant de multiple arrêt de travail qui ont généré des frais de remplacement… où est le gain ?

Nous assistons à une casse du personnel, des conditions de travail, de la prise en charge des patients, des motivations du personnel, de l’hôpital public et de ses valeurs. L’ARS Bretagne ne pourra nié avoir été alerté , nous avons insisté sur la souffrance au travail des salariés, qui en attente parfois à leur vie, et insistant sur la responsabilité personnelle des directions de l’ARS dans ces drames.

« j’écoute avec attention, j’entends… » sont les propos tenus par un directeur général adjoint de l’ARS manifestement plus occupé de savoir combien nous étions dans la rue !

Par SUD EPSM Charcot

BMP - 745.4 ko
BMP - 745.4 ko

télécharger la version PDF

PDF - 108.7 ko

8 NOVEMBRE A RENNES : CONTRE L’AUSTERITE POUR LA SECU, LA SANTE ETAIT DANS LA RUE !!

BMP - 594.2 ko

Par SUD SANTE 35

Ce mardi 8 novembre, et malgré les difficultés mises par les établissements pour organiser la grève, ce sont plusieurs centaines de personnes, syndiquées et non syndiquées, qui se sont rassemblées à 9h30 place de la mairie à Rennes, souvent en blouse blanche ou tenues de bloc

A l’appel de l’intersyndicale nationale et départementale SUD - CGT - FO, rejoints par des associations professionnelles de soignants, les salariés du sanitaire, du social et du médico-social dénonçaient les coupes budgétaires, les plans de réductions de personnel et de suppressions de moyens prévues notamment pour l’hôpital public.

Après les déclarations unitaires, nous sommes partis pour défiler en cortège dans les rues du Centre De Rennes, jusqu’à l’ancienne Préfecture Martenot.

Une délégation de l’intersyndicale a alors été reçue par le cabinet du Préfet pour y déposer nos revendications.

Le syndicat SUD Santé-Sociaux avait également demandé à être reçu en délégation régionale par l’ARS Bretagne. Face au discours technocratique de ses représentants, les représentants SUD du 35 et du 56 ont dénoncé les logiques budgétaires, centrées sur l’équilibrage de budgets de misère, au prix de l’augmentation des inégalités d’accès aux soins, de l’épuisement et de la perte des sens pour les équipes, et de mauvaises conditions de prise en charge pour les patients.

Nous avons insisté sur la souffrance au travail des salariés, qui en attentent parfois à leur vie, et insisté sur la responsabilité personnelle des directions et de l’ARS dans ces drames.

Mais ne nous leurrons pas. Si notre message est parfaitement passé, ce n’est que par la mobilisation, dans les établissements et dans la rue, que nous construirons le rapport de force qui nous permettra de défendre notre service public et de conquérir de nouveaux droits, sur nos revendications :

*- Abrogation de la Loi HPST
*- Abrogation de la Loi Santé
*- Abandon de la « territorialisation » de l’offre de soins, des GHT et des restructurations
*- Arrêt des fermetures de lits et des suppressions de postes
*- Fin des enveloppes limitatives et abandon du plan ONDAM triennal de 3,5 milliards d’économies sur les hôpitaux
*- Octroi des moyens budgétaires permettant aux établissements sanitaires et médico-sociaux d’assurer leur mission de service public, d’investir, d’embaucher et de titulariser nos collègues contractuel-les
*- Abrogation des ordres professionnels
*- Ouverture de vraies négociations sur les carrières et les grilles indiciaires garantissant l’égalité salariale entre les hommes et les femmes (déroulement de carrière et reconnaissance à égalité des qualifications)
*- Un plan d’urgence de formation initiale et continue pour palier au déficit démographique actuel et garantir à l’avenir des effectifs permettant un retour à la qualité, la sécurité et au confort du soin
*- La préservation et le développement d’un service public républicain de santé, de proximité sur l’ensemble du territoire, garant d’une réelle égalité dans l’accès aux soins.

La lutte continue, organisons-nous pour les prochaines mobilisations qui se préparent !!!

France 3 Bretagne
http://m.france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/brest-quimper-rennes-personnel-hospitalier-est-rue-1125521.html
Comme un peu partout en France, les personnels des hôpitaux manifestent. La souffrance au travail est pointée du doigt, à cause des plans d’économie.

Ils sont aides-soignants, infirmiers ou personnels administratifs. Dans plusieurs villes de Bretagne comme Brest, Quimper ou Rennes, le personnel hospitalier a manifesté pour protester contre la dégradation des conditions de travail.

Le plan d’économies en cours provoque, selon les manifestants, beaucoup de souffrances dans les services.

« On voit des gens qui pleurent au travail, des gens qui sont en arrêt, c’est de l’auto-emplacement permanent, des rallongements d’horaires, des gens à qui l’on demande des journées de 12 heures en alternance avec des journées de 8 heures, ils n’en peuvent plus » témoigne Catherine Gloaguen, aide-soignante à Quimper.

A Rennes, outre un rassemblement place de la Mairie, les élèves infirmiers ont défilé depuis le CHU Pontchaillou vers l’esplanade Charles-de-Gaulle, où ils se sont allongés pour dire qu’ils étaient crevés.

« Dans les services on est en sous-effectif, tout le monde est fatigué, et il y a des postes qui doivent encore être supprimés. Nous, en tant qu’étudiants, nous sommes délaissés, les infirmiers n’ont pas le temps de nous fermer » se lamente Fabien Gobin-Duc.


Téléchargements Fichiers à télécharger :
  • face_au_discours_technocratique_de_ses_representants_les_representants_sud_du_35_et_du_56_ont_denonce_les_logiques_budgetaires.bmp
  • 792.2 ko / BMP
  • img_20161108_110232338_hdr-531e9.bmp
  • 594.2 ko / BMP
  • nous_sommes_dans_l_attente_de_rencontrer_l_ars_bretagne_le_08_11_2016.bmp
  • 792.2 ko / BMP
  • unnamed-2-8a392.bmp
  • 413.1 ko / BMP
  • nous_avons_insiste_sur_la_souffrance_au_travail_des_salaries_qui_en_attentent_parfois_a_leur_vie_et_insiste_sur_la_responsabilite_personnelle_des_directions_et_de_l_ars_dans_ces_drames.bmp
  • 792.2 ko / BMP
  • touche_pas_a_ma_prime.bmp
  • 147.8 ko / BMP
  • Rencontre avec l’ARS du 8 novembre 2016
  • 24.1 ko / OpenDocument Text


pucePlan du site puceContact puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2010-2019 © Sud Santé Sociaux 56 - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.90
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2