Sud Santé Sociaux 56
Solidaires Unitaires Démocratiques (SUD)

Site du syndicat Sud santé sociaux du centre hospitalier du Scorff (CHBS)de la ville de Lorient

Lorient. L’hôpital souffre de son mode de financement
Article mis en ligne le 11 janvier 2018

par yc
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

regroupement de Lorient, Quimperlé, Port-Louis/Riantec et du Faouët donne naissance au 3e pôle de santé en Bretagne. Ce qui ne fait pas oublier la situation budgétaire difficile. Ou encore la fièvre qui saisit les urgences.

Après une année 2016 qui avait permis de redresser la barre, « 2017 nous aura fait repasser dans le rouge, comme l’ensemble des établissements de la région », déplore Thierry Gamond-Rius, directeur général du Groupe hospitalier Bretagne Sud (GHBS).
4 millions d’euros de déficit

L’établissement accuse cette fois un déficit de l’ordre de 4 millions d’euros, dont 1 million directement lié à la fusion.Deux éléments expliquent ce mauvais résultat. D’une part, les mesures nationales et réglementaires en faveur des médecins et des agents médicaux ; d’autre part, des tarifs finançant l’activité qui sont en baisse.
"Un modèle de financement à bout de souffle"

« Le modèle de financement de l’hôpital est à bout de souffle. Il y a donc urgence à le réformer. Adaptée à la chirurgie, la tarification à l’activité ne l’est pas, dans sa forme actuelle, à la complexité de l’activité médicale. »
La surchauffe des urgences

« Nous avons une activité forte, liée aux périodes hivernales, appuie Philippe Condominas, le président de la Commission médicale d’établissement. Mais on n’est pas pires en terme de file d’attente que d’autres services d’urgence. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de difficultés. » Le syndicat Sud a d’ailleurs déposé un préavis de grève illimité pour le 14 janvier.
Réouverture de lits

Que faire, alors ? La réouverture de neuf lits de chirurgie ambulatoire est confirmée pour la fin du mois. Par ailleurs, douze lits de médecine vont être récupérés dans des chambres doubles, occupées par un seul patient.
… mais des raisons d’espérer

Le GHBS affiche le meilleur taux de chirurgie ambulatoire des établissements publics de la région (50 %). Du fait de nouveaux cas et des résultats favorables des nouveaux traitements, la cancérologie constitue en outre une activité importante de l’établissement (3e place régionale).

L’efficacité de la recherche clinique permet aussi au GHBS d’être éligible à des crédits jusqu’ici réservés aux CHU (280 000 € perçus en 2017).


Forum
Répondre à cet article

Dans la même rubrique

Evènements

Pas d'évènements à venir


pucePlan du site puceContact puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2010-2018 © Sud Santé Sociaux 56 - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.28