Sud Santé Sociaux 56
Solidaires Unitaires Démocratiques (SUD)

Site du syndicat Sud santé sociaux du centre hospitalier du Scorff (CHBS)de la ville de Lorient

L’ubérisation façon GHBS
Article mis en ligne le 22 décembre 2018
dernière modification le 2 janvier 2019

par yc
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Vous pouvez nous transmettre vos avis par mail, au téléphone ou à travers nos réseaux sociaux.
SUD Santé Sociaux 56 – 02 97 06 98 73 – sud ghbs.bzh
Lorient le 21 décembre 2018
L’ubérisation façon
GHBS

Depuis maintenant de nombreuses années les
personnels au GHBS voient leurs conditions de
travail se dégrader, les manques cruels de
personnels augmentent ; la souffrance au
travail qui en découle devient banale :
burnout, épuisements, dépressions majeures.
Les plannings de travail sont sans cesse remis
en question pour faire face à l’absentéisme. Au
GHBS, les agents le plus souvent ne savent pas
comment ils travaillent une semaine à l’avance
ce qui entraine une incertitude structurelle dans
la vie de l’agent ; celui-ci ne cesse de devoir
composer avec la garde de ses enfants et ses
diverses obligations privées ; il ne peut plus
rien planifier. Nous avons obligation, pour
couvrir les 24h/24h, d’avoir des horaires
décalés, travaillant un week-end sur deux et la
moitié des jours fériés. Et de manière
récurrente s’y ajoutent les remplacements
inopinés au jour le jour parce qu’un collègue
craque et ne peut venir travailler. La vie de
famille et sociale devient impossible à gérer,
une véritable catastrophe sociale.
LA solution, notre Direction Générale l’a
trouvée, c’est Whoog, une application que
l’on peut télécharger sur son smartphone. Les
volontaires qui s’y inscrivent peuvent être
sollicités sur leur temps de repos pour tous les
remplacements, de jour comme de nuit. Sont
habilités à s’y inscrire tous les personnels
soignants, les étudiants infirmiers, les retraités
ou toutes autres professionnels non personnels
du GHBS mais compétents.
Le cadre chargé de trouver du personnel de
remplacement déclenche la plateforme
Whoog. Une fois la mission acceptée et
effectuée, le « whooger » est payé en heures
supplémentaires.
Jusqu’à présent c’était un personnel du service
où il y avait un remplacement à assurer qui
était rappelé sur ses repos, à charge au cadre de
lui rendre ses repos dans les jours suivants. La
solidarité entre personnels a toujours
fonctionné mais la direction de l’hôpital en a
fait un mode de gestion de la pénurie reposant
sur la flexibilité et la mobilité. Maintenant, aux
personnels qui revendiquent des recrutements,
des effectifs en adéquation avec leur charge de
travail, la DRH va désormais répondre Whoog.
Whoog fonctionne comme une boîte d’intérim
recrutant des personnels qui devront être
disponibles à l’instant T et devront assurer leur
mission dans un service qui n’est pas
forcément le leur, pourront-nous alors
continuer à parler de sécurité des soins ?
Beaucoup y trouveront une opportunité pour
combler l’absence d’augmentation de salaire
en ne prenant plus leurs périodes de repos.

  • C’est la déréglementation la plus totale.
  • C’est la gestion de la pénurie qui commandera et non l’intérêt des personnels et des patients.
  • C’est l’« ubérisation » de la fonction publique hospitalière. Whoog est une application initialement conçue pour les sauveteurs en mer mobilisables à toute heure… Notre direction en fait un instrument de destruction du statut de la fonction publique hospitalière. A vos gilets… de sauvetage. Pour le syndicat Sud Santé Sociaux C’est définitivement NON
    PNG - 145.4 ko

Forum
Répondre à cet article

Evènements

Pas d'évènements à venir


pucePlan du site puceContact puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2010-2019 © Sud Santé Sociaux 56 - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.90
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2